L’examen du permis sans stress : le jour J

Astuces pour réussir son permis avec lepermislibre

L’examen du permis de conduire approche ?

Vous savez comment vous mettre en condition efficacement avant l’examen du permis de conduire. Nous allons vous délivrer nos dernières astuces pour assurer le jour de l’examen.

LE JOUR DE L’EXAMEN

Le but de l’examen

Simplement vérifier que vous êtes capable de circuler en toute sécurité, en respectant les règles du code de la route, sans surprendre ou êtes surpris(e), rien de plus !

L’inspecteur

C’est la personne qui est en charge de vous examiner. Une personne comme tout le monde qui peut être sympathique ou pas, agréable ou désagréable, de bonne humeur ou non…

Peu importe comment se comporte cette personne, elle vous donnera juste les instructions dont vous avez besoin pour réussir votre examen.
Si l’inspecteur vous déstabilise trop, imaginez-le lorsque c’était lui qui passait son examen… Il ne devait pas être plus rassuré que vous.

Aussi, dîtes-vous bien que l’inspecteur ne s’attend pas à une conduite parfaite.

Il évalue un jeune conducteur qui n’a que très peu d’expérience en conduite, et il en est bien conscient.
Il est également conscient du stress qu’un examen peut provoquer sur un candidat, et il en prend compte dans sa notation. Il attend simplement de vous, que vous sachiez déplacer votre véhicule d’un point A à un point B en toute sécurité, pour vous et pour les autres usagers.

S’il touche le volant, les pédales ou fait beaucoup trop de remarques, ce n’est pas très bon signe. Toutefois, il arrive également selon les circonstances, que cela ne soit pas dramatique.

L’examen

L’examen dure 32 minutes. Le temps de vous installer, de faire vos vérifications et vos manœuvres, il va vous rester un peu plus de 20 minutes de conduite effective.

Alors conduire 20 minutes sans faire de bêtises devrait être un jeu d’enfant. Vous l’avez fait de nombreuses fois lors des vos dernières leçons ! Il ne vous reste plus qu’à reproduire quelque chose que vous maîtrisez.


 

Juste avant l’épreuve :

  • Revoyez bien les questions techniques / les vérifications intérieures et extérieures.
    Il y a en tout 100 questions sur les vérifications : 50 intérieures et 50 extérieures. Le jour du permis, l’inspecteur vous posera 2 questions : 1 sur l’intérieur, 1 sur l’extérieur.
    Ces questions sont classées de 00 à 100. Au cours de l’épreuve, l’inspecteur vous demandera de marquer un arrêt et de lui donner les deux derniers numéros du compteur kilométrique, il s’agira du numéro de votre question, tout simplement !
    Il s’agit de 3 points faciles à obtenir : il suffit de connaître les réponses par cœur !

Lors de l’épreuve :

  • De manière générale, veillez à être dynamique au volant – sans trop d’excès bien entendu – l’inspecteur se sentira plus en sécurité.
  • Prenez le temps de vous installer parfaitement. Vous récupérerez les points correspondants à l’installation et vous serez à l’aise tout au long de votre examen.
  • Restez bien concentré(e) sur ce que vous faîtes, ne pensez pas à ce que peut penser l’inspecteur ou votre moniteur. Ne pensez qu’à ta conduite, sinon, vous, vous mettrez des bâtons dans les roues (sans mauvais jeu de mots). Par exemple, si l’inspecteur et l’enseignant parlent entre eux, ne participez pas à la discussion, restez concentré sur ce que vous faîtes.
  • Si vous faîtes une petite « boulette », pas de panique. Passez à autre chose et re-concentrez vous. Vous êtes évalué(e) sur l’ensemble de votre prestation alors ne vous faîtes pas déstabiliser par quelque chose qui n’est pas vraiment important.
  • Donnez le meilleur de vous-même, même sur le chemin du retour. Vous êtes évalué jusqu’au bout, et une erreur éliminatoire peut survenir à la fin du parcours. Encore une fois, misez tout sur la CONCENTRATION.
  • Faîtes ce que vous avez appris à faire et que vous savez faire. Le jour de l’examen, il n’y a rien de plus compliqué que d’habitude. Alors ne changez rien et montrez que vous méritez votre permis !

Se concentre sur 2 points en particulier :

1- Les contrôles

L’inspecteur vérifiera avant tout que vous mettez tout en œuvre pour assurer votre sécurité et celle des autres. Pensez aux éventuels motos ou vélos qui peuvent jalonner votre route et s’engouffrer dans votre angle mort sans que vous vous en aperceviez, et restez vigilant. Contrôlez :

  • rétros intérieurs et latéraux régulièrement (une ligne droite ne dispense surtout pas d’effectuer les contrôles), et rétros latéraux avant d’actionner un clignotant ;
  • rétro intérieur avant de ralentir ;
  • angles morts en tournant la tête avant d’opérer tout changement de direction : virage à droite ou à gauche, rond point, insertion sur l’autoroute ou le périphérique, flèches de rabattement, départ d’un stationnement, rencontre d’une voie d’insertion à droite sur une autoroute ou sur le périphérique, ou manœuvre quelle qu’elle soit.

Attention : lorsque l’inspecteur vous demande de tourner à la prochaine intersection, veillez surtout à avoir le bon réflexe en regardant d’abord votre rétroviseur latéral correspondant avant d’actionner votre clignotant….Et regardez également l’angle mort avant de tourner votre volant.

 

2 – La vitesse

Votre inspecteur sera inflexible là-dessus. Il est si vite arrivé de rater un panneau qui limite la vitesse à 30 km/h quand les conditions ont l’air requises pour rouler à 50… Soyez intraitable aussi sur les sorties d’autoroute ou la vitesse doit être ralentie rapidement au bon rapport de vitesse (attention, ne ralentissez pas pour autant tant que vous n’êtes pas sur la voie de décélération !).

Veillez également à être vigilant sur une belle ligne droite : ne soyez pas tenté de rouler à plus de 50 km/h en agglomération, même si vous vous faites dépasser par d’autres automobilistes pressés, il est bien connu que bon nombre d’entre eux détestent se retrouver « coincés » derrière une voiture auto-école. Dans la mesure du possible, essayez d’être tout à fait synchronisé avec les panneaux : commencez à ralentir à la vue d’un panneau 30 pour arriver à 30 km/h à hauteur du panneau…

N’oubliez pas qu’en tant qu’apprenti conducteur, vous serez soumis à l’examen aux vitesses suivantes :

– 80 km/h au lieu de 90 km/h sur les routes hors agglomération à double sens sans terre plein central,

– 100 km/h au lieu de 110 km/h sur les routes hors agglomérations à double sens avec terre plein central, et sur les voies d’autoroutes limitées à 110 km/h,

– 110 km/h au lieu de 130 km/h sur les voies d’autoroutes limitées à 130 km/h si les conditions de météo sont bonnes.

Bien évidemment, les autres indications de vitesses maximales autorisées sont à respecter à la lettre : 10 km/h, 30 km/h, 50 km/h, etc.

Attention : si d’ordinaire la première vitesse sert uniquement à démarrer pour enclencher rapidement la deuxième vitesse, il arrive que l’on se serve de la première vitesse pour rouler. Veillez donc à rétrograder en première dite « roulante » ou « synchro » lorsque :

  • vous vous préparez à entrer dans un parking,
  • vous circulez dans un parking,
  • la direction vers laquelle vous vous engagez est trop étroite ou présente un manque de visibilité.

Bonne chance !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *